Rachelle Immobilier
Publié le - 3525 vues -

Être nu-propriétaire, une option aux multiples atouts sur le long terme

Être nu-propriétaire, une option aux multiples atouts sur le long terme

Devenir nu-propriétaire : une formule privilégiant plusieurs avantages, dont l’allègement de la fiscalité et la facilité successorale. Le nu-propriétaire est également délesté des contraintes liées à la gestion du patrimoine immobilier.

Qu’est-ce qu’un nu-propriétaire ?

Le nu-propriétaire est le titulaire d’un bien, duquel il renonce à la jouissance ou à la perception des revenus pendant la période de démembrement. De même, celui-ci ne peut le mettre en vente ou en location. Le bien appartient alors au nu-propriétaire, mais dont l’usage revient à un autre individu appelé usufruitier. Ce dernier peut être un bailleur, un investisseur, mais également le (la) conjoint(e) survivant au décès de l’époux(se). Les nus-propriétaires peuvent être les enfants de l’usufruitier ou les successeurs dans le cas d’un héritage, avec ou sans lien de parenté. Les propriétaires qui souhaitent déménager au moment de leur retraite peuvent également opter pour la nue-propriété.

Les avantages du nu-propriétaire

Par ailleurs, acheter en nue-propriété permet d’investir à moindre coût, et donc de devenir propriétaire à moitié prix. Le nu-propriétaire ne jouissant pas du bien acquis jusqu’au terme de la période définie ou à l’extinction de l’usufruit temporaire, celui-ci reprend alors la pleine propriété du bien, avec l’avantage d’en jouir à sa guise et avec ses valeurs, acquises au fil du temps.

Le nu-propriétaire se constitue en outre son patrimoine immobilier sur le long terme, sans avoir à gérer les obligations liées à la fiscalité. En effet, le paiement des impôts liés à la possession du bien incombe à l’usufruitier, tels que les taxes foncières, les taxes d’habitation, etc. De même, le bien en nue-propriété n’est pas pris en compte dans l’évaluation de la base taxable à l’Impôt Sur la Fortune (ISF).