Rachelle Immobilier
Publié le - 1466 vues -

Investissement en Pinel: une aubaine à la fois pour l’Etat et les investisseurs

Depuis l’abandon de la loi Duflot au profit de la loi Pinel, les investisseurs ont vu leur champ d’investissement s’élargir avec la possibilité de choisir la durée pendant laquelle leur bien sera mis en location. Ceci a eu pour effet de les motiver et ils sont de plus en plus nombreux à s’intéresser à ce régime de défiscalisation. Pour l’État, c’est un des objectifs qui se concrétise parce que la loi Pinel est un excellent stratagème pour résoudre le problème du logement.

Donner l’accès au logement aux familles les moins loties

Le dispositif Pinel ne vise en aucun cas à enrichir ceux qui sont déjà fortunés. Bien sûr, il faut avoir les moyens de devenir propriétaire, mais ce n’est plus réservé à une poignée d’élus puisque l’État apporte une aide considérable à l’acquisition (facilité d’obtention de crédit auprès des établissements bancaires). L’investisseur, en plus de bénéficier d’une réduction d’impôt conséquente (synonyme d’épargne), a donc la possibilité de devenir propriétaire, même s’il ne peut espérer jouir de son bien que dans un avenir plus ou moins lointain.

La Ministre du Logement Sylvia Pinel a établi des zones dans lesquelles s’exercera sa loi, des zones spécialement choisies pour le nombre de ses habitants et dont les conditions de vie sont, pour ainsi dire, assez précaires. À Paris dans le Genevois français et sur la Côte d’Azur, on compte un grand nombre de ces zones dites « tendues » et dénommées A, A Bis, B1 ou B2. Les foyers à faibles revenus ont plus de chance d’accéder au logement puisque les propriétaires investisseurs en Pinel ont l’obligation de ne louer leur local qu’à des locataires dont le revenu ne dépasse pas le plafond établi. Il est aussi contraint de respecter un plafonnement du loyer, un effort financier largement compensé par la réduction d’impôts qu’il obtiendra par la suite.

Avec le dispositif Pinel, nul doute que le nombre de « sans domiciles fixes » diminuera de manière conséquente et que la crise de l’immobilier reculera. Avec elle, les autres activités comme le commerce, l’artisanat ou encore les très petites entreprises en tireront aussi des bienfaits.